Pratiques  n° 109-110 « Histoire de la description scolaire » (juin 2001) Présentation Christine  Noille-Clauzade La figure de la description dans la théorie rhétorique classique La description peut être définie commeekphrasis, hypotypose, énumération. Ces trois termes recoupent trois conceptualisations hétérogènes (respectivement poétique, rhétorique et logique) dans la tradition rhétorique latine et classique – toutes trois cependant adossées à la notion d'amplification (de récriture). Tour à tour récriture sophistique d'un mythos, actualisation mimétique d'une énumération des circonstances, et amplification pathétique d'une topique, la description classique se révèle ainsi en continuité avec la narration, comme un régime alternatif de traitement du récit.  (Lire l'article...) André  Petitjean La description scolaire au secondaire (collège) de 1960 à 1997 L'article se propose d'étudier l'évolution de la description scolaire, au niveau du collège, de 1960 à 1997. Cette période correspond à l'instauration d'une école secondaire moyenne de masse (le collège). Cette période correspond aussi à une époque où la discipline « français » et les savoirs qu'elle transmet ont été de plus en plus perméables à des savoirs de référence qu'ils transposent.
Cette double logique (adaptation au public et actualisation des connaissances) explique qu'en matière dedescription, la vulgate psycho-perceptive, héritée de Payot, a été progressivement concurrencée par une perspective textualiste. (Lire l'article...) Résumés des articles Pratiques  n° 111-112 « Les textes de consignes » (décembre 2001) Présentation Jean-Michel  Adam Entre conseil et consigne : les genres de l'incitation à l'action De nombreux textes orientés vers l'action sociale pratique comportent une même base instructionnelle et/ou procédurale qui se traduit par un certain nombre de marques linguistiques communes. Au vu de ces régularités, on pourrait être tenté d'en faire un « type de texte », position récusée ici au profit d'une réflexion sur les genres de discours qui incitent à l'action. Tout en détaillant quelques caractéristiques communes aux recettes de cuisine, notices de montage ou d'auto-médication, topoguides, horoscopes et autres rubriques conseils des magazines, cet article montre que ces constantes traversent un large éventail de genres qu'il propose de redistribuer sur un continuum qui va du conseil à la consigne. (Lire l'article...) Jean-Michel  Zakhartchouk Justifiez, expliquez... On demande souvent aux élèves d'«expliquer » ou de « justifier » leur réponse. Il n'est pas sûr qu'on soit toujours bien au clair sur ce que cela signifie et surtout que les élèves comprennent bien quelle est la tâche qui leur est demandée. Le travail indispensable autour de ces deux verbes-consignes doit s'inscrire dans un apprentissage plus général de la maîtrise de la lecture de consignes. On rappelle dans cet article les grands axes d'un apprentissage qui doit aller de pair avec une vigilance plus grande des enseignants quant à la pertinence de leurs formulations de consignes. Concernant l'explication et la justification, les élèves doivent pouvoir distinguer les deux notions. Pour cela, on réservera le terme de justification à l'explicitation de la démarche utilisée par l'élève, l'explication renvoyant aux questions « pourquoi » ou « comment se fait-il que ». L'article propose quelques outils et idées d'activités pour entraîner les élèves à s'y retrouver, tout exercice méthodologique devant s'accompagner de moments « métacognitifs » où d'ailleurs la « justification » de sa réponse par l'élève a toute son importance ! (Lire l'article...) Caroline  Masseron Note critique sur les exercices de grammaire L'enseignement grammatical dispensé aujourd'hui dans les classes de collège minore les questions syntaxiques au profit de l'ancrage énonciatif et de la typologie des textes. Ces nouvelles orientations, dont on peut comprendre l'intention générale (redonner du sens aux activités et aux textes) se traduisent dans les nouveaux manuels par des activités grammaticales qui se contentent de procéder à quelques révisions terminologiques sans grand intérêt. Dans ces conditions, que deviennent les enjeux d'acquisition langagière qui, en réception et en production d'énoncé, font la base de l'apprentissage verbo-discursif ? On suggère dans l'article de renforcer les grammaires de discours, de texte et de phrase par une grammaire d'énoncé qui pourrait s'inspirer des travaux théoriques du « Lexique-grammaire » de M. Gross, et l'on propose quelques activités centrées sur les représentations spatiales et leurs moyens d'expression dans les textes. (Lire l'article...) Résumés des articles © CRESEF - Tous droits réservés

< Page précédente

Page suivante >

Index des articles en ligne Consulter les numéros de 2001